26 novembre 2010

BAILLEULVAL

Superficie communale : 3,9km².

Population (en 2014) : 261 habitants.

Nom des habitants : les Bailleulvallois et les Bailleulvalloises.

Hameau, écart : Bac du Sud.

Site de la communehttp://bailleulval.fr/

 

Blason

bailleuv

D'azur fretté d'or, armes des seigneurs de Bailleulval.

 

Origines

Découvertes archéologiques :

Au XIXème siècle entre l’ancienne route romaine et la RN 25, fut explorée une maison à mur de pierres posées en zig zag ou en épis, détruite au IIIème siècle.

Toponymie :

Bailluel el Val en 1239.

Significations :

De baile l’enceinte fortifiée (des chefs normands) et du latin vallis ou du celtique Ballio-lalum = clarière sacrée.

Seigneuries :

XVIème siècle : seigneurs de Bèvres

XVIIème siècle : par mariage de Camille Marie Guillaume de Pitra Sancta, dame de Bailleulval à Eugène de Béthune, chevalier d’Hesdigneul

Le château :

La maison forte de Bailleulval était située au bout de la rue du Château. Elle jouxtait le cimetière et les pâtures.

La plate forme est de plan quadrangulaire. La forme générale avec les fossés est trapé.

Le château possède une enceinte carrée avec à chaque coin, une grosse tour circulaire. Le donjon au dessus de la porte d’entrée est flanqué de deux demi-tours découverts. De la forteresse ne subsiste plus en 1860- 1870 la façade orienté vers le village, avec la porte d’entrée et les traces du pont levis et d’une herse.

D’autres bâtiments se serrent contre les murs d’enceinte : un corps de garde, une chapelle voué à Notre Dame De Grâce, "double", c'est-à-dire avec le rez de chaussée et un étage. On y trouve aussi l’entrée des cachots creusés sous la tour la plus septentrionale jusqu’au dessous du niveau de l’eau des fossés, et une petite tourelle contenant un moulin à bras dont on se sert en temps de guerre. Au centre se dégage une cour carrée "plus longue que large ou des soldats se rangeaient en armes". Le dernier vestige, une tour de la façade, est abattu en 1934. Le cadastre napoléonien présente une grande ferme accolée à l’église à la motte : c’est sans doute l’emplacement de la basse-cour.

 bailleulval1 (Copier)         bailleulval2 (Copier)

 

Vie religieuse

Vocable : Ste Marie

Première mention connue lieu de culte autel : Autel 1024, Église 1154

Première mention connue desservant : 1306

Première mention connue paroisse : 1306

Annexe de Bailleulmont puis paroisse au XXème siècle.

Doyenneté : Pas puis Rivière.

 

L'Église :

XVIIIème siècle : le Père Ignace rappelle la présence d'une "chapelle claustrale, ayant nef, chœur et campanile (petit clocher en charpente sur la faîte de l'église)... La nef avait été diminuée de moitié en 1729". En 1845 la nef est plus basse que le chœur et couverte d'une toiture de tuiles et "raccommodé en chaume ". La municipalité décide de reconstruire la nef.Les travaux sont réalisés sous la direction de l'architecte DEGEZ de Béthune.Les travaux sont adjugés le 20 avril 1845 à Guislain DORLET entrepreneur à bailleulval et sont terminés en novembre 1847.Une sacristie est construite en 1884.Sur le mur de la nef (au nord) est apposée une plaque en mémoire du STL René VERNY DU 201 Dragons, né à RIOM le 4 avril 1882, mort pour France au Bois d'Adinfer en 1914.

bailleulval1 (Copier)     bailleulval12 (Copier)       _glise3__1600x1200_

 

Le Calvaire :

calvaire1__1600x1200_     calvaire2__1600x1200_

 

Le village :

marie1__1600x1200_      rue1__1600x1200_    vie_locale1__1600x1200_

 

Particularités locales

Mention sur son épitahphe au cimetière Saint Etienne de Beauvais : le sculpteur JEAN LE POT " tailleur d'images" "natif de bellerva (Bailleulval) près d'Arras ". Une rue de Bailleulval porte son nom.Bailleulval à compté deux députés Théodore ROSE né à Bailleulval en 1852 (+ 1917) et Jean CHAMBON conseiller général puis député de 1973 à 1977. Il exerçait la profession de vétérinaire.

 

Guerres et Mémoires

Le Maire et les habitants ont toujours refusé d’évacuer malgré la proximité des tranchées allemandes (3 kms)...
Destruction de la halte (chemin de fer) et des trois maisons voisines. 8 maisons ont été brulées ou détruites par les soldats cantonnés.

4 victimes civiles :

Madame Lepoivre née Emilienne Alcide morte en, 1915 "de peur" après le bombardement de sa maison.

Monsieur Alphonse Dupire et Madame Dupire née Marie Breuval tués le 5 Avril 1918.

Monsieur Clément Ditte tué par un obus en Mai 1918.

Blessés civils : Monsieur Arthémy Prévalle, Monsieur Marius et Madame Marguerite Brassart.

Les victimes militaires :

Albert Allart, Hector Tissier, Julien Laurent, Edmond Pouyez, Emile Leroy, Emile Breuval, Elie Houplain, Henri Dihe, Jean Dihe, Emile Alcide, Augustin Caron, Geramin Bubois , Emile Yvart.

Posté par fichehisto à 12:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


BAILLEULMONT

Superficie communale : 541 hectares.

Population (2014) :  251 habitants.

Nom des habitants : les Bailleulmontois et les Bailleulmontoises.

Site de la commune : http://mairie.bailleulmont.free.fr

 

Blason

bailleumont

« Deux gueules à la bande d'or accompagnées de six billettes du même, trois en chef et disposées 2 et 1 et trois en pointe disposées en bande ». Ce sont les armes des de Saveuses, seigneurs de Bailleulmont au XVème siècle.

Origines

Découvertes archéologiques :

En 1743, sur le Crinchon, en direction de La Cauchie, on recoupa la voie romaine d’Arras à Amiens, large de 5m 85 et constitué d’une couche de 90 cm de silex entre deux bordures en craie ; au cours des mêmes travaux, trouvaille de monnaies romaines.

Toponymie :

Première mention connue : Bailluel Sub Monté en 1128.

Bailluel se rapproche de baile, enceinte fortifiée et latin mons (montagne).

Seigneurie :

XIème siècle : chevalier Romuald de Balleoli-Monte.

Famille de Saveuse au XVème siècle qui a sans doute construit le château.

Familles d'Estouteville et de Béthune, de Melun et d' Epinoy.

En 1789 la seigneurie appartient à la famille de Guînes-Bonnières.

Le château :

Motte féodale situé dans une pâture en bordure nord-ouest du village au bout de la rue du château (restes d’une tour du château du XVème siècle). A pied de la motte passe l’ancienne voie romaine Arras-Amiens Château vraisemblablement construit par la famille de Saveuse au début du XVème siècle.

Seule forteresse dont il ne reste autre chose qu'une motte ou des fondations (restes d'un mur de la grosse tour).Château rebâti par la famille de Saveuse au XVème siècle.Détruit par les troupes de Louis XI en 1477 puis se relevant à peine de cette destruction prit par l'armée de François 1er et repris par les espagnols en 1523.En 1644 les troupes de Louis XIV commandées par le maréchal de Rantzau l'assiègent et la prennent ; se sera son dernier siège.
Au sommet de la grande tour se trouvait la salle du désespoir ou Collart de Bois Huo se pendit de désespoir après avoir été enfermé par son beau père par cause d'infidélité conjugale.

bailleulmont1 (Copier) (2)

          

Vie religieuse

Vocable : Saint Martin

Première mention connue lieu de culte / autel : Autel 1079

Première mention connue desservant : Salomon 1219

Première mention paroisse : 1306

Situé d’abord à proximité de la motte féodale (chœur reconstruit en 1813) puis dans le centre du village en 1870 -1874.
Cloche de 317 Kg. 
bailleulmont1 (Copier)       
bailleulmont2 (Copier)         bailleulmont3 (Copier)

 

Le village :

74933736      74933760

Posté par fichehisto à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

ADINFER

Superficie communale : 619 hectares. 

Population (2013) : 241 habitants.

Nom des habitants : adinférois, adinféroises.

Site de la commune : http://adinfer.free.fr

Sources : Géry VARE

 

Blason

adinfer

 

Origines 

Découvertes archéologiques :

Au Bois Guislain, au lieu-dit le Champ des Quatorze, face au grand bois, en 1894, on découvrit deux gros grès qui recouvraient – au milieu d’un tas de silex – des vases, un poinçon en bronze, une tablette biseautée en marbre vert recouvert de cire, deux crampons et une clochette en fer.

Toponymie
 :

Herrevillarium en 1068,1104. Andinfer en 1529. Andinfert en 1720.

And : nom d’homme gaulois et du germain masc di fara (= domaine).

Les seigneurs :

- XIIème –XIIIème  siècles : famille patronymique dont : Hugo de Andifer, Colar d’Adinfer à la fin du XIIIème siècle (source : M.Flament, l’Artois au XIIIème siècle, table onomastique).
- En 1350 la seigneurie appartient au sieur de Mailly apportée en mariage à un seigneur de Guînes qui vient habiter le château-fort.

- 1457 : Hugues de Hames, chevalier, seigneur d’Adinfer et de Bondues.
- En 1474, Jean Seigneur de Hames tient du château d’Arras la seigneurie d’Adinfer.

- Famille de Halluin jusqu’en 1558.

- Famille d’Egmont (1558 -1789).

- Début XVIIème siècle : par alliance la seigneurie d’Adinfer passe dans les possessions des Pignatelli  (branche Egmont - Pignatelli) qui la garde jusqu’à la Révolution.

Le château :

Implanté à 50 mètres au nord de l’église le long de la rue principale.
Un plan du XVIIIème siècle montre la forme générale de l’enceinte arrondie et irrégulière. Des tours ponctuaient les murailles de distance en distance. Des fossés entouraient les remparts et deux portes donnaient accès au château : l’une d’elle était gravée aux armes de la famille de Hame, donnant sur la rue de l’église et une autre à l’opposée vers le chemin du calvaire. Au XVIIIème siècle le Père Ignace le décrivit ruiné : « on voit encore une partie des murailles, des fossés et quelques restes d’une tour ». Les derniers restes  furent détruits en 1919 lors de la reconstruction du village.

 

Vie religieuse

Vocable : St Nicolas

Première mention connue lieu de culte / autel :

Première mention connue desservant : Prête d'Adinfer en 1195

Première mention paroisse : 1306

 

L’église Saint Nicolas :

• Quelques données historiques avant 1914.

- L’ancien édifice datait des XIVème (clocher), XVIème et XVIIème  siècles.
- La première église mentionnée se trouve dans l’ancien cimetière.
- A l’emplacement de l’église actuelle s’élevait la chapelle seigneuriale dépendant du château.
- L’église est détruite à une date inconnue et un bâtiment est élevé contre la chapelle qui  devint ainsi le chœur de l’église.
- Reconstruite en 1760, l’église échappe à la démolition pendant la Révolution.

• Quelques données historiques après 1914.

- L’édifice détruit en 1914-1918 est reconstruit entre 1924 et 1930 dans le style néo-roman (statue de Saint Nicolas au dessus du porche).
- Église rénovée en 1999.
- Vestiges : pierre de fondation "Pierre Venat  Framery" datant du XVIIème siècle près des fonts baptismaux, fragment d’une dalle funéraire classée en 1912 (XIVème siècle), deux petits fers forgés (grille des fonts baptismaux ?).

             

adinfer0001 (Copier)          adinfer0014 (Copier)              adinfer0013 (Copier)                adinfer0016 (Copier)

 

Le calvaire :

Il devait se trouver rue d’Hendecourt (rue du "vieux calvaire" au XIXème siècle). Première mention d’un calvaire, rue de Ransart, sur une carte agronomique de 1895.Le Christ actuel est toujours le même depuis 1900 (croix changée en 1929, 1969, 1998).adinfer0006

  

Le village en 1914-1918 :                                        

 adinfer0011 (Copier)                                                         

 

Adinfer reconstruit (années 1920) :

    adinfer0005 (Copier)           adinfer0006 (Copier)         adinfer0019 (Copier)                                                               

 

Mairie, école :

Historique avant 1914 :

La première école communale a été construite en 1849. Elle est agrandit en 1884. Démolition en 1913. La nouvelle mairie - école, inaugurée fin 1913 est progressivement détruite d’octobre 1914 à Mars 1918.

 

mairie4__1600x1200_                                                                                                      

 

La nouvelle école 1922-1926 :

Elle est reconstruite sur l’emplacement de la ferme Derond Vasseur (angle rue d’ En Bas et rue de l’église).
Importants travaux de restructuration en 1987.

                                                                                   

Guerres et Mémoires

Guerre 1914-1918 :

Témoignages de Mme Germaine Chartez et de Mr Jean Dumetz sur l'arrivée des Allemands dans le village en Octobre 1914 .

Germaine avait 9 ans en 1914. Elle a vu l'arrivée des Allemands et fit partie du dernier groupe d'habitants à quitter Adinfer . Jean avait lui 10 ans et se trouvait chez son grand père au Bois-Guislain (hameau du village) lors de l'arrivée de l'ennemi .

Germaine se souvient : "En Aout 1914, on a vu arriver des blessés français. Ils étaient soignés dans l'école. Ils ne sont pas restés longtemps, ils ont été évacués très vite". Jean Dumetz se souvient aussi que les Allemands sont arrivés début Octobre, arrivant par Douchy. Le Bois Guislain a vécu jusqu'au lendemain sans savoir que l'ennemi était là. D'après Germaine Chartez , les Allemands, des cavaliers, auraient d'abord encerclé le village.

L'ennemi enferme les hommes dans l'église et exige une rançon. Pendant ce temps, un drame se joue à la ferme Morel. Le grand père de Germaine, Victor Payen, valet de charrue, s'est vu confier les clefs de la maison. Il refuse de la donner aux Allemands qui décident de faire sauter la porte à la grenade. Victor est blessé par des éclats de bois, la gangrène s'y installe et il meurt le 21 Octobre 1914 dans la cave de la maison qu'il a défendu.

Source : extrait article de Géry Varé publié dans Chroniques villageoises , 1999 - Association historique de Ficheux


Posté par fichehisto à 12:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Présentation et infos

 

page-presentation

L'Association réalise :

- Des expositions sur l'histoire des villages ou à thème

- Des conférences

- un bulletin annuel 

- Des visites du patrimoine  Civil et Religieux

 

RECHERCHES ARCHIVES et DOCUMENTS :

- Jean Marie SOUILLART

- Marcel CHARTREZ 

- Michel LEROY  

- Claire CHAMBERY 

 

CONFERENCES :

- Jean-Marie SOUILLART

- Claire CHAMBERY 

- Michel LEROY  

 

BULLETINS et PUBLICATIONS :

- Jean Marie SOUILLART

- Claire CHAMBERY

 

PREPARATION DES EXPOSITIONS :

Assurée par tous les membres.

 

LE BUREAU 2016/2017 :

- Président : Jean-Marie SOUILLART

- Secrétaire : Claire CHAMBERY

- Trésorerie : Marthe SOUILLART

- Membres actifs : Marcel CHARTREZ ,Michel LEROY


INFORMATIONS PRATIQUES :

Vous pouvez vous procurer notre bulletin annuel auprès de l'Association.
Tarif : 10 EUROS


 ASSOCIATION HISTORIQUE DE FICHEUX ET ENVIRONS

1 Rue de l'Abbiette

62173 FICHEUX

Mail : assohistoficheux@gmail.com

 

Posté par fichehisto à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]