Site de la commune : http://commune.riviere.free.fr

Blason

riviere

Origines

Découvertes archéologiques

Découverte au sud du Blamont ; en creusant des tranchées en 1915, les soldats alliés découvrent un vase contenant  plus de 1000 monnaies de Tacite, Probus, Maximien, Constance etc. … Au même endroit, découvert de onze fosses contenant des tessons du Bas Empire.

Toponymie

Rivières en 1158 – Riparia, bord d’un cours d’eau, rivage, pays environnant.

Seigneurie
   
BRETENCOURT : le hameau est situé sur la rive droite du CRINCHON, sur la route venant de Wailly-les-Arras et allant vers Pas, laissant sur la gauche quelques maisons du Blanc Mont.

Brétencourt doit son origine ( Bretenkort en ) à une ancienne forteresse élevée sur les bords du Crinchon et se rattachant à un ancien ensemble de défenses dont faisait partie celles d'Achicourt.

En 1241, le Comte Robert d'Artois autorise Wagon à édifier la forteresse.
Au XVème siècle, le domaine appartient à la Famille de St Pol.
En 1393, Pierre de St Pol présente au magistrat d'Arras une requête dans laquelle il se plaint des dommages causés à ses "héritages" par les eaux du Crinchon.
Brétencourt passe ensuite dans la famille de Warluzel par mariage de Jeanne de St Pol avec Herlin qui meurt à la baztaille d'Azincourt en 1415.
1482, Jean de Warluzel est seigneur du lieu.
Au XVIème siècle, la famille de Warluzelle s'éteint, et au XVIIème siècle, la forteresse est ruinée.
Milieu du XVIIème siècle, Brétencourt est acquis par Philippe de Briois.
Au XVIIIème siècle, Mr Briois de Beaumetz aménage le château et sa sœur, Melle Albertine Isabelle Briois, y loge jusqu'au 1er décembre 1793. Elle sera guillotinée à Arras le 7 Juillet 1794.
En 1820, la forteresse est vendue à la famille Lallart de Lebucquière qui la démolit. Une maison plus simple lui est substituée. Elle sera achetée, plus tard, par Mr Maurice Hattecourt, puis en 1894, Mr De Clerck en devient le propriétaire.

Il semble que le plan général de ce château constituait en une enceinte polygonale avec quatre tours : deux plus importantes de chaque côté de l’entrée et deux plus petites sur le mur ouest. L’ensemble fut détruit en 1820 pour laisser place au château actuel. Une douve profonde à l’écart de celui-ci semble être le seul reste du château primitif  à l’heure actuelle.
Il y existe encore une motte féodale, elle a la forme d’un dôme d’une trentaine de mètres à la base, haute de 4 mètres, son sommet à la forme d’un rectangle de 18 mètres sur 16.

Avant la Révolution, Rivière était divisé en 6 hameaux.

     
GROSVILLE Geroldvilla (villa de giraud)
En 625, l'abbaye de Corbie est propriétaire de la terre de Brosville.
Par la suite, les religieux d'Arrouaise l'obtiennent par échange entre les deux abbayes.
La seigneurie de Grosville relève du Roi de France en sa qualité de Comte d'Artois.
Au XIIème siècle, le fief de Grosville est l'apanage du châtelain d'Arras.
En 1220, il passe dans la famille de Beauffort par mariage.
1598, Anne de Beauffort l'apporte en dot à Phillipee de Croÿ-Solre
1610, la famille de Cro

Le château de Grosville

   Construit en 1674 par le chanoine Philippe Guillaume Lhoste sur les caves d'un bâtiment édifié en 1690 par son oncle François de la Charité . Grosville est une charmante gentilhommière . Son maitre d'oeuvre est André Merville , auteur également du chateau de Duisans et de l'Abbaye du Mont Saint Eloi . En 1975 Mr et Mme Hugues de Diesbach en font l'acquisition  aux héritiers du  général de Grosville .

L'accés à la cour  se fait par un portail monumental en pierres , surmonté par un fronton triangulaire dont les armoiries ont été bûchées pendant la Révolution .

La gentilhommière comporte un rez -de- chaussée et un étage sous combles mansardés . L'aile centrale est agrementée de panneaux de briques autour d'un avant -corps surmonté d'un fronton trianglaire et  deux petites ailes encadrent la cour. La toiture est en ardoise .

La façade arrrière est ornée de pilastres et s'ouvre sur un parc de 10 hectares .

L'un des joyaux de Grosville est son monumental pigeonnier construit en 1702 . Il comporte 1400 niches ; il est l'un des mieux conservé dans le Nord de la France.   

Rivière1 (Copier)     Rivière2 (Copier)


Vie religieuse

Vocable : St Vaast.

Première mention connue desservant : Hugues Prêtre de Grosville 1251.

 

            Rivière3 (Copier)                    Rivière5 (Copier)            Rivière7 (Copier)           Rivière8 (Copier)

Le village

mairie1   rue1   

Guerres et Mémoires

     _glise3