Population (2000) : 483 habitants.

Superficie communale : 1098 hectares.

 Site de la commune : http://home.nordnet.fr/~mairie-monchyaubois

 

 Blason

monchy

Armoiries de l'Abbaye de Corbie, seigneur de Monchy jusqu'au XVème siècle.
Ecartelé aux 1 et 4 de gueules au chef d'argent, aux 2 et 3 d'or plein.

Origines

Découvertes archéologiques

En 1882 découverte dans un lieu indéterminé de deux tombes située à 1 km de distance l’une de l’autre ; objets trouvés : fiole en verre, statuette en terre cuite de Vénus, miroirs, vases noir, gris et rouges, deux disques en bronze, lampe en terre et monnaie de Posthume 
Deux vases à haute épaule ondulée, en pâte grise, provenant de sépultures mérovingiennes découvertes avant 1920 près de l’église en creusant les fondations de la mairie :

 

Toponymie

Domaine de Montius.

Première mention connue du lieu : Monciaco en 657-661.

Seigneuries

L’abbaye de Corbie possédait «  un domaine considérable » dont la donation remonte à 662 (confirmée en 825 et 1108 par l’évêque Lambert à Monchy au bois, a longtemps eut aussi une prévôté. Cette seigneurie était la principale du village
L’Abbaye de Corbie échangea ses propriétés à Monchy au Bois avec l’Abbaye d’Arrouaise par un accord conclu le 27 Juin 1568.
Il existait un seigneur de Monchy en 1225 : le chevalier Nicolas de Beaucamp. Son successeur, Théobald, sire de Berles y établi une léproserie en 1283    dans l’actuelle rue Saint Ladre. 
Autre seigneurs présents dans le village : maison de Beaufort (XVème siècle) ; de Croy, comte de Solre.

Le château :

 Présence d’un manoir flanquée d’une tourelle portant un étendard seigneurial est attesté en 1605-1610 (Albums de Croy) ; Il ne s’agit là que d’un logis seigneurial, peut être fortifié et pas d’un château fort. A noter que sur un plan cadastral de 1823 on trouve une ancienne ferme seigneuriale situé rue du presbytère (près de l’église). Face à celle-ci existait le fief de la « mayerie » (une mesure de terre = 42ares 91 centiares) appartenant à Charles François joseph de Fromentin (seigneurie vicomtière) au XVIIIème siècle.

Vie religieuse

Vocable : St Pierre.

Première mention connue lieu de culte/Autel : Autel et église en 1108.

Première mention connue desservant : Prêtre 1108 Nicolas Prêtre de Monchy en 1224.

Édifice bâti en 1611, clocher de 1628, démoli en 1793. (Sauf la tour).
Travaux au chœur et à la toiture en 1828, refonte de la cloche en 1864, pavage du chœur en 1870-1871, couverture de la flèche, des nefs et du chœur en 1886.
Église détruite en 1914 - 1918.
Nouvel édifice construit (en briques) entre 1929 et 1933 : Soubassements en grès, façade du clocher en grès de Saverne
Intérieurs : chapiteaux des piliers en staff décoré. La découverte de sapes de guerre entraînera un coût supplémentaire de 110 829 francs.

Chapelle :

Mentionnée au même endroit en 1823. L’actuel édifice a été réédifié en 1932.

_glise1__1600x1200_     monchy_au_bois14__1600x1200_     _glise2__1600x1200_

Le village

 rue2__1600x1200_rue3__1600x1200_   rue5__1600x1200_      mairie2__1600x1200_                

 

       

 

   


Guerres et Mémoires

Guerre de 1870(1871

A la prise des 43 ulhans , un épisode de la guerre de 1870-71 en Artois

 Le 8 janvier 1871  au lieux-dit " le cabaret Boiry", à la sortie de Monchy au Bois (direction Ransart) , 43 cavaliers prussiens sont en train de dîner lorsque qu'une vingtaine de tirailleurs volontaires du Nord , venant du côté de Ransart en suivant le ravin , arrivent à la faveur d'une bourrasque de neige en face de l'établissement. Sommés de se rendre par le capitaine Delaporte et le lieutenant Denal , responsables du détachement , l'officier prussien commandant et ses hommes essayent de prendre la fuite en enfourchant leur chevaux sellés dans la cour. Cette tentative est accueillie par des coups de fusils qui mettent à terre hommes et montures . Le chef est blessé au bras droit , trois de ses soldats sont tués sur le coup et un autre mortellement blessé. Les autres jugeant toute résistance inutile se constituent prisonnier avec armes , bagages et chevaux . On les conduit d'abord au quartier général de l'Armée du Nord mais dans la soirée ils sont ramenés à Arras et écroués à la maison d'Arrêt .

Source Emmanuel Riche - Chroniques villageoises - AHF - bulletin 2004/2005  mairie3__1600x1200_